OXYMÈTRE DE POULS ET BPCO

Publié par Karine Fay le

OXYMÈTRE DE POULS ET BPCO

Dans cet article, vous découvrirez pourquoi utiliser un oxymètre de pouls pour les patients atteints de BPCO.


La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), c'est quoi ?

Définition

La bronchopneumopathie chronique obstructive (ou BPCO) est une maladie chronique inflammatoire des poumons, entrainant une gêne respiratoire (dyspnée) ou trouble ventilatoire obstructif (TVO). 

Le principal responsable de cette dégradation est dans 80 à 90 % des cas le tabac. Seul l’arrêt de l’exposition au facteur causal permet de stopper l'aggravation de la maladie pour empêcher qu'elle n'évolue vers une insuffisance respiratoire et le décès.

Elle se manifeste par un rétrécissement progressif et irréversible du calibre des bronches ce qui entraine un épaississement de la paroi, des expectorations de plus en plus importantes (crachats) et une destruction progressive des poumons.

La BPCO est une maladie encore assez méconnue du grand public malgré un nombre de personnes atteintes estimées à environ 10 % de la population Française.

Selon l’OMS la bronchopneumopathie obstructive pourrait constituer la troisième cause de mortalité dans le monde en 2030. Voir lien : source OMS


Les principaux facteurs de risque

  • Le tabagisme (actif et passif) : 1er facteur de risque représentant plus de 80% des cas.


L'oxymètre professionnel pour les personnes souffrants de BPCO.
Le tabagisme : premier facteur de risque de la BPCO dans 80% des cas.


  • Les polluants atmosphériques,

La bronchopneumopathie obstructive (BPCO) et la COVID 19.
BPCO : la pollution atmosphérique fait partie des facteurs de risque.


  • L’exposition à des risques professionnels.

Bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et oxymètre de pouls.
Environ 15% des BPCO sont dues à des expositions professionnelles


Quels sont les symptômes d'une BPCO ?

La BPCO entraine une diminution importante de la fonction respiratoire qui se caractérise par des symptômes qui sont souvent sous estimés par les patients.

Ces manifestations telles que des gênes respiratoires (dyspnées), essoufflements, expectorations (crachats)....augmentent insidieusement au fil des ans pour évoluer vers une BPCO légère, puis modérée et jusqu'à sévère si une prise en charge n'est pas mise en place.

Les patients se limitent au fur et à mesure dans leurs activités physiques pendant que la maladie inflammatoire progresse, invalidant de plus en plus le patient entrainant une hypoxémie qui peut évoluer en hypoxie.

Vous souhaitez en savoir plus sur l'hypoxie, n'hésitez pas à consulter l'article L'hypoxie, c'est quoi ?

Norme saturation BPCO ou bronchopneumopathie chronique obstructive.
Une bronchite chronique peut évoluer vers une BPCO.


Comment savoir si l'on a une BPCO ?

Tout patient présentant des symptômes typiques de la BPCO, tels que : une toux chronique, une production d’expectorations, un essoufflement, une dyspnée (respiration difficile) ou encore des antécédents d’exposition aux facteurs de risque pour cette maladie doit aller consulter un pneumologue.


Les principales manifestations ?

Les différentes gènes respiratoires peuvent être :

  • Toux chronique

  • Essoufflements

  • Difficultés à respirer

  • Expectorations


Comment s'effectue la prise en charge des patients BPCO

Elle se fait selon des objectifs précis :

  • Prévenir la progression de la maladie

  • Soulager les symptômes

  • Améliorer l’état de santé et la tolérance à l'effort

  • Prévenir et traiter les complications et exacerbations,

  • Diminuer la mortalité

La moindre infection ou fatigue peut altérer très rapidement la fonction respiratoire des patients par la baisse de la saturation en oxygène dans le sang.

Les spécialistes recommandent l’utilisation d’un oxymètre de pouls pour pouvoir déceler cette baisse de saturation.

Comment diagnostique t-on une bronchopneumopathie obstructive ?

Afin de déterminer le degré de gravité de maladie chronique, le pneumologue fait un bilan d’examens, qui comprend :

  • Exploration fonctionnelle respiratoire par une spirométrie

    :

    La spirométrie est le seul moyen de diagnostiquer une obstruction bronchique : mesure du volume maximal expiratoire en 1 seconde (VEMS)

    La classification du stade de la maladie est fonction des résultats de la VEMS :

    - Stade I : léger, VEMS supérieur ou égale à 80%

    - Stade II : modéré, VEMS comprise entre 50 et 80%

    - Stade III : sévère, VEMS comprise entre 30 et 50%

    - Stade IV : très sévère, VEMS inférieur à 30%

    Cette classification prend en compte également:

    - le degré de sévérité de la dyspnée d'effort appelée encore gêne respiratoire à l'effort

    - la capacité d'intégration à faire de l'exercice

    - l’altération de la qualité de vie

  • Radiographie

  • Mesure du taux d’oxygène dans le sang

  • Prélèvements sanguins

Diagnostic de la bronchopneumopathie obstructive BPCO.
La spirométrie permet de diagnostiquer la BPCO.


Les facteurs d'aggravation et d'amélioration

Les facteurs aggravants la BPCO


✔️ Le tabac est le facteur le plus incriminé dans la survenue d'une BPCO (tabagisme actif et passif).

✔️ L'exposition aux divers polluants : monoxyde de carbone, polluant atmosphérique (pots d'échappement, fumée d'usine...)

Aucun exercice ou activité physique.

✔️ Les infections.

✔️ Mauvaise observance des traitements mis en place.


Les facteurs améliorant la BPCO

Même si cette maladie ne peut être guérie, certains facteurs peuvent ralentir son évolution et améliorer la qualité de vie des patients :


✔️ Arrêt des facteurs polluants

dont le tabac qui est responsable de l'apparition de la BPCO dans 80 des cas environ.

La bonne observance de la prise des médicaments prescrits.

Une reprise d'exercice physique lorsque le stade de la maladie le permet


BPCO et facteurs de risque cardiovasculaires

Les patients présentant une BPCO on plus de prédispositions à faire un infarctus ou a développer une angine de poitrine. Suivant les chiffres présentés par la Revue médicale Suisse Revmed dans son article La bronchopneumopathie chronique obstructive et son lien avec les facteurs de risque cardiovasculaires : "La mortalité cardiovasculaire des patients avec BPCO est deux fois plus importante que celle des patients sans BPCO."

Pour une surveillance complète de votre santé, vous pouvez retrouver notre tensiomètre de bras en suivant le lien suivant : Tensiomètre de bras Osiade

Quelle est la saturation normale en oxygène dans le sang ?

Quelle est la valeur normale de la Sp02 ?

La saturation pulsée d'hémoglobine en oxygène normale dans le sang est comprise entre 95 et 100%.

Une SpO2 à 98 % signifie que chaque globule rouge est chargé à 98 % d'oxyhémoglobine. L'oxymètre permet ainsi un diagnostic médical immédiat et continu de la fonction respiratoire et de la fréquence cardiaque.

Surveillance

Une saturation entre 92% et 94 % est évaluée comme "à surveiller." 

Consultation

Une saturation en dessous de 92%, indique un taux d’oxygène dans le sang qui nécessite une consultation si ce taux a baissé anormalement ou surveillance si celui-ci est régulièrement bas.

Valeur critique : désaturation

Une saturation en oxygène en dessous de 90% est jugée insuffisante, voire critique pour le patient. On parle de désaturation qui est un signe de détresse respiratoire et l’apport d’oxygène s’impose. C'est un cas d'urgence médicale.

Hypoxie, définition, symptômes, diagnostic et traitement.
Taux de saturation en oxygène o2 définition, mesure et normes.


L'intérêt de l'oxymètre chez les patients BPCO

Les patients souffrant d'une BPCO diminuent très fréquemment leurs activités du fait de l'inconfort des symptômes : expectorations (crachats), essoufflement, gêne respiratoire (dyspnée)...

L’activité physique doit bien au contraire être présente régulièrement et est indispensable pour améliorer la capacité respiratoire des patients atteints de cette maladie chronique. 

L'oxymètre de pouls est un très bon accompagnateur de cette réhabilitation cardio-respiratoire pour les patients atteints de BPCO légère ou modérée. Sa présence permet de rassurer le malade et de constater par lui-même de tous les bienfaits et de l'intérêt de cette reprise d'activité. Son utilisation et la lecture des données transmises par cet appareil de diagnostic médical est d'une très grande simplicité.

N'hésitez pas à venir découvrir tout l'intérêt d'utiliser un oxymètre dans notre article Pourquoi utiliser un oxymètre de pouls ?

A un stade plus sévère, l'utilisation de l'oxymètre de pouls permet aux patients BPCO de contrôler leur apport en oxygénothérapie eux-mêmes afin de ne pas descendre à un seuil critique de leur saturation d'hémoglobine en oxygène.


Oxymètre de pouls fiable. Norme ISO 80601-2-61
Découvrez l'oxymètre de pouls, un outil d'automesure incontournable en cas de BPCO.


Un contrôle bénéfique

L'oxymètre est un excellent moyen d'accompagnement  pour  les patients atteints de broncho-pneumopathie chronique obstructive pour mieux prendre en charge leur maladie.

La reprise d’une activité physique telle que la marche nordique ou le vélo par exemple, permet en général d’augmenter leur taux d’oxygène dans le sang en quelques semaines et améliorer leur qualité de vie.

L’oxymètre est un appareil de diagnostic médical qui permet à ces patients de constater directement l'augmentation de la saturation en oxygène grâce aux chiffres qui s’affichent et ainsi tout le bénéfice que leur apporte cette activité physique.

Cet appareil devient un acteur de cette augmentation de saturation et mieux être respiratoire, ce qui les motive souvent à continuer leur activité physique.


Stade avancé de la bronchopneumopathie

Pour un stade plus avancé de la BPCO, les patients doivent eux-mêmes contrôler leur appareil d’oxygénothérapie afin qu'il soit à plus 90%.

Ces patients qui vivent une grande partie de la journée sous oxygène ont la parfaite maîtrise de l’utilisation de l’oxymètre afin de garder une saturation toujours supérieure à 90%.


A quel moment consulter ?

La BPCO peut évoluer lentement et silencieusement au départ. Les premières alertes se manifestent en général par des symptômes tels que : toux intermittente au départ qui évolue en toux chronique au cours de l'évolution de la maladie, expectoration matinale (crachats), essoufflement qui sont présents lors d'efforts puis au repos à un stade plus avancé de la maladie. Lorsque des infections pulmonaires surviennent, on parle alors d'exacerbations de la BPCO.


Qui consulter ?

Le médecin traitant est en général le professionnel de santé qui diagnostique en premier la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). Le pneumologue confirme en général le diagnostic par une exploration fonctionnelle respiratoire et le kinésithérapeute accompagne en général le patient lors du traitement.

Le diagnostic

En référence aux recommandations de la Haute Autorité de Santé (voir lien de la publication), le diagnostic de la BPCO doit être évoqué devant :

la présence d'un seul de ces signes : toux et expectoration chronique (2-3 mois)

gêne respiratoire (dyspnée) persistante, progressive, apparaissant ou s’aggravant à l’exercice ou au décours d’une bronchite

un adulte exposé à un facteur de risque : tabac, fumée ...

une diminution du débit expiratoire de pointe ou du VEMS.

Le diagnostic de BPCO doit être confirmé par :

Une spiromètrie (exploration fonctionnelle respiratoire) avec mesure des débits et des volumes.

la sévérité de l’obstruction bronchique doit être évaluée selon le VEMS ( stade I à IV)

Les traitements de la BPCO

Sans traitement, la bronchopneumopathie chronique obstructive évolue vers une insuffisance respiratoire. Le traitement permet de soulager les symptômes en améliorant la fonction respiratoire, la gêne respiratoire, l'infection bronchique et les expectorations mais ne guérit en aucun cas la maladie. Seul un arrêt de ce qui est à l'origine de la BPCO (80 à 90 % le tabac) peut stopper l'aggravation de celle-ci.

Traitement des poussées aiguës

bronchodilatateurs

corticoïdes

antibiothérapie

kinésithérapie respiratoire

ventilation : masque à oxygène ou intubation

traitement de fond des BPCO

bronchodilatateurs

corticoïdes

Antibiotiques au long cours avec des fenêtres thérapeutiques

expectorants : fluidifiants bronchiques

anticholinergiques en inhalation

En résumé

L'oxymètre de pouls est un outil de diagnostic médical indispensable pour une meilleure prise en charge de la maladie dont souffrent des patients atteints de broncho-pneumopathie obstructive. Il leur permet de les accompagner, les rassurer et mieux gérer, avec une très grande simplicité d'utilisation, leur activité physique et pour un pour les patients qui sont à un stade plus avancé dans la maladie, le contrôle et la gestion de leur oxygénothérapie.

Oxymètre de pouls valeur normale.
Tout le bénéfice de l'oxymètre de pouls dans la prise en charge de la BPCO



Cet article vous a plu ?

Alors postez moi un commentaire avec vos questions et remarques afin que je puisse vous répondre personnellement ;)

À tout de suite,

Karine FAY

https://www.osiade.fr/

Produit lié à cet article

Oxymètre de pouls professionnel fiable

OXYMÈTRE DE POULS PROFESSIONNEL

OXYMETRE DE POULS PROFESSIONNEL OLED ! Préconisé par les professionnels de santé, l’oxymètre digital ou saturomètre est un appareil de mesure médical muni de capteur devenu incontournable en 2021 ! Veiller sur son état de...

Voir le produit

← Article précédent Article suivant →


  • Magnifique objet.
    Indispensable pour moi qui suis sujet dans certaines circonstances à l’essoufflement et à la montée progressive de mon rythme cardiaque.

    Philippe le
  • Merci pour vos informations

    Rosalie le

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.